Mémoires et thèses

Entre la voix : exercices et figures de style suivi de Livre des faits et dits de Marcel Thibodeau

×

Message d'erreur

Warning : Illegal offset type dans drupal_add_js() (ligne 4209 dans /var/aegir/platforms/drupal-7-2013.11.27-dev/includes/common.inc).
×

Message d'état

  • Active context: noeud_biblio_bibliographie
  • Active context: noeud_biblio_documents
  • Active context: biblio_pas_issue_de_memoire_these
Retour
TitreEntre la voix : exercices et figures de style suivi de Livre des faits et dits de Marcel Thibodeau
Type de publicationThèse ou mémoire
Année de publication2016
Auteur·e·sJean-Philippe Chabot
Département académiqueÉtudes littéraires
DiplômeMaîtrise en études littéraires
Nombre de pages271
UniversitéUniversité du Québec à Montréal
VilleMontréal
Type de travailMémoire
Mots-cléscommunauté, couleur locale dans la littérature, création littéraire, enseignement, filiation, folkore, littérature québécoise, plagiat, terroir, transmission
Résumé

Entre la voix : exercices et figures de style présente une réflexion construite au fil de l'écriture, attentive à ce qu'elle déploie et à ce qu'elle doit, et donc nécessairement inscrite dans le mouvement, sur la ligne de partage de ce qui n'est ni soi ni l'autre. Au cœur de ses considérations sont les questions de l'identité et de la propriété, interdépendantes dès qu'il y a création littéraire : d'où parle-t-on lorsqu'on écrit? À qui appartiennent les mots qui forment le texte? Ces interrogations élémentaires ouvrent sur la nécessité pour tout écrivain de se recomposer une filiation, de réfléchir à ce dont il est le passeur afin d'inscrire sa démarche dans l'histoire, c'est-à-dire pour produire son sens et sa durée. Le corps du texte marque trois tentatives présentées en autant de chapitres. La première recompose une filiation personnelle et explore les dynamiques de transmission qui agissent au moment de l'introduction à la lecture et à l'expression de la pensée. La deuxième retrace une filiation littéraire du point de vue de l'histoire québécoise et situe une rupture dans la première moitié du XXe siècle, alors que les terroiristes érigent la littérature en programme. La troisième examine, en regard de la transmission, les enjeux de l'enseignement de la littérature au collégial et postule qu'il est impératif de repenser les objectifs et l'essence de ces cours dont la seule ambition pour l'instant est d'instruire les élèves au sujet des figures de style. Le Livre des faits et dits de Marcel Thibodeau, pour sa part, est un roman construit à partir de textes présumés indépendants et organisés en un tout. L'auteur-éditeur, qui signe la préface, propose ce qu'il affirme être la traduction d'une variété de témoignages récupérés lors de recherches archéologiques et archivistiques. Une métanarration s'engage alors dans les notes infrapaginales tandis que se construit le récit hagiographique de Marcel Thibodeau, personnage fait prophète malgré lui et victime de son sort. Les textes – des contes, des histoires, des morceaux de poèmes, des recettes de cuisine, des coupures de journaux – composent une fresque qui retrace chronologiquement, mais non exhaustivement ni sans absolue continuité, les événements marquants de la vie du personnage principal. Séparés en trois parties, les épisodes racontent successivement les années précédant la naissance du prophète, celles où il accomplit des miracles, jusqu'à celles qui verront sa déchéance, puis sa mort. La trame narrative se situe au milieu du XXe siècle, dans quelques régions du Québec – notamment au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et en Abitibi. Assemblage d'idées glanées au hasard de contes oraux, de chansons folkloriques et d'anecdotes légendaires, le Livre des faits et dits de Marcel Thibodeau cartographie arbitrairement des fragments de l'histoire du Québec.

Source : Archipel

Supervision de recherche: