Mémoires et thèses

Tombée lestée suivi de Traces

×

Message d'erreur

Warning : Illegal offset type dans drupal_add_js() (ligne 4209 dans /var/aegir/platforms/drupal-7-2013.11.27-dev/includes/common.inc).
×

Message d'état

  • Active context: noeud_biblio_bibliographie
  • Active context: noeud_biblio_documents
  • Active context: biblio_pas_issue_de_memoire_these
Retour
TitreTombée lestée suivi de Traces
Type de publicationThèse ou mémoire
Année de publication2016
Auteur·e·sAmélie Savard-Bégin
Département académiqueÉtudes littéraires
DiplômeMaîtrise en études littéraires
Nombre de pages158
UniversitéUniversité du Québec à Montréal
VilleMontréal
Type de travailMémoire
Mots-cléscréation littéraire, inceste dans la littérature, roman, témoignage, traumatisme dans la littérature
Résumé

Ce mémoire en création littéraire est composé de deux parties. La partie création s'intitule Tombée lestée. Il s'agit d'un roman qui raconte l'histoire d'Anne, une jeune femme dont la vie bascule. Sa rencontre avec Raphaël au café où elle travaille et l'annonce de la mort de son beau-père bouleversent l'équilibre de sa vie rangée et font ressurgir de son passé des souvenirs profondément enfouis d'un trauma. Le récit suit la transformation d'Anne qui tente d'intégrer les souvenirs d'inceste à sa mémoire et à son histoire en consignant ses pensées et ses états d'âme dans un carnet. C'est de cette écriture qui porte la trace de l'angoisse, de la honte et de la dislocation de son être que le lecteur est témoin. Le dossier d'accompagnement développe une réflexion autour de l'écriture de l'inceste. En s'appuyant sur des ouvrages théoriques sur l'inceste et le trauma, Traces identifie les empreintes laissées par l'expérience incestueuse dans les textes de Kathryn Harrison (Le rapt), Christine Angot (L'inceste) et France Martineau (Bonsoir la muette). À partir de ces œuvres qui font éprouver au lecteur le trauma vécu par les auteures, la réflexion se porte sur le témoignage en littérature, sur ce qui est en jeu lorsqu'un témoin prend la parole. Le témoin ne cherche pas qu'à dire, il veut surtout être entendu. Et obtenir cette écoute n'est pas simple. En raison de cette visée, la fiction devient nécessaire puisqu'elle ouvre un espace où la transmission est possible.

Source : Archipel

Supervision de recherche: